Plusieurs conseillers provenant du Club de fertilisation de la Beauce, du Groupe Conseil agricole de la Côte-du-Sud, du Club des rendements optimum de Bellechasse, du Club Optisol de Montmagny, et de Fertisol ont prêté main forte aux projets en assurant les liens entre les chargés de projets et les producteurs impliqués.

Répartis sur une période de deux ans (2012-2013), ces deux projets poursuivaient des objectifs distincts. Le premier a évalué la réponse à l’azote du maïs cultivé sur retour de prairie (14 essais). Le second a étudié la possibilité de réduire les doses d’azote dans le maïs, en incorporant rapidement (en moins d’une heure) les lisiers au sol (8 essais). Les conditions de production à la ferme révélaient une fourniture élevée d’azote au sol avant même la fertilisation minérale :

  • Apports réguliers d’engrais de ferme;
  • Sols ayant un taux de matière organique généralement élevé; pour un des deux projets : maïs semé sur un retour de prairie.

Dans les deux cas, les conclusions démontrent qu’il y a moyen de réduire de façon substantielle les apports en engrais minéraux dans les conditions de production du maïs-grain et maïs-ensilage en Chaudière-Appalaches. Des économies et des gains environnementaux importants sont aussi possibles dans les autres régions où les mêmes conditions s’appliquent.

Ces résultats confirment des hypothèses avancées dans d’autres études et par de nombreux conseillers. Ils apportent de l’eau au moulin pour qui souhaite démontrer que des économies importantes dans les applications d’azote sont possibles, lorsque les conditions de production apportent une contribution importante d’azote au sol.

Consultez les rapports de recherche :

Sensibiliser les producteurs à réduire les apports d’engrais azotés dans la culture de maïs succédant une prairie

Réduire les apports en azote et les émissions de GES en incorporant rapidement les lisiers en présemis des cultures annuelles

Consultez les fiches synthèse :

Essais d’incorporation rapide des lisiers pour réduire les doses d’azote et les émissions de gaz à effet de serre

Maïs sur retour de prairie : réduire la fertilisation azotée et les émissions de gaz à effet de serre

Ces projets ont été réalisés en vertu du programme Prime-Vert, sous-volet 8.4. Ils ont également bénéficié d’une aide financière provenant du Fonds vert du gouvernement du Québec et administrée par le ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec.